Banksy

Banksy est un artiste urbain anglais, né dans les années 70, probablement à Bristol. L’essentiel de son oeuvre sont des « pochoirs » (plaques découpées de façon à faire apparaître une forme ou un visage), pour la plupart réalisés dans les rues de Bristol et de Londres. Il est également sculpteur (la plus connue étant sans doute sa cabine téléphonique londonienne fendue par une pioche), réalisateur (son documentaire Exit Through the Gift Shop fut, entre autres, nommé pour l’Oscar du meilleur documentaire en 2011) mais il est aussi un contestataire engagé ! Il entreprit plusieurs actions contre de nombreux thèmes : les droits des animaux, la société capitaliste et ses dérives etc…

L’oeuvre de Banksy est immense, c’est pour cela que l’on ne va développer que quelques un de ses travaux. Nous avons sélectionné trois peintures, toutes représentatives de l’engagement, de l’originalité et du talent de cet artiste.

Banksy-2

Banksy est pacifiste, un grand nombre de ses créations milite pour la paix dans le monde. Celle-ci, réalisée à Jérusalem, ville au coeur du conflit israëlo-palestinien, dénonce d’une manière singulière la guerre qui fait rage dans ce pays. En effet on y voit une jeune fille effectuant une fouille au corps, acte fréquent dans les guerres modernes, à un soldat, pourtant armé, comme le montre le fusil d’assaut en bas à droite.  L’ironie de cette peinture  est que ce devrait être le militaire qui devrait examiner l’enfant et non l’inverse ! Cette oeuvre clame ouvertement le pacifisme de Banksy : le soldat, symbole de la guerre, est dans l’incapacité de se battre, il pose ses mains contre le mur, ce qui montre son impuissance. De plus il est désarmé, son fusil est hors de portée et, par ailleurs, il semble être démonté. La petite fille représente l’innocence des enfants, et de manière plus générale des civils dans les conflits. Pourquoi les citoyens, n’ayant souvent rien à voir avec la politique étrangère des gouvernements, devraient ils être mêlés à la guerre, aux soldats ? Cette jeune fille peut également symboliser la méfiance, le doute envers l’armée, qui ment couramment en temps de guerre, ce qui expliquerait la fouille, la vérification du soldat. Enfin, cette réalisation est, comme la plupart des oeuvres de Banksy, universelle. Elle peut se référer à tout les conflits mondiaux : le soldat vêtu d’un uniforme vert ne représentant aucun pays en particulier et la jeune fille, habillée d’une robe rose, incarnant la féminité, l’enfance, l’innocence partout dans le monde.

banksy-700x250Banksy est également un grand contestataire de notre société de consommation, calquée sur le modèle capitaliste américain, et cette oeuvre le montre particulièrement bien. Celle-ci représente Mickey, la souris de Disney, et Ronald McDonald, l’emblème du célèbre fast-food, tenant par la main la jeune Vietnamienne brûlée au napalm lors de la guerre du Vietnam. A travers cette peinture, Banksy dénonce tout les travers des Etats-Unis. Cette création expose trois symboles américains, ainsi que l’influence exercée par ce pays sur le monde. En effet, on dirait que ces trois personnages défilent, main dans la main, pour montrer au monde la toute puissance des Etats-Unis. Mickey Mouse, le symbole de la marque Disney, met en évidence la culture américaine, ultra-influente sur toute la planète. Ronald Mc Donald, emblème de la firme multinationale du même nom, personnifie l’implantation, la présence américaine dans tout les pays ainsi que son système de consommation capitaliste. Enfin, la jeune vietnamienne représente la puissance militaire du pays, capable de terrasser n’importe quelle nation. Cependant cette oeuvre n’est pas qu’une simple représentation de la souveraineté des Etats-Unis, c’est également une dénonciation de ce pouvoir, et de ses travers. En effet, l’image que renvoie la culture américaine, Hollywood, du pays est à l’image du Mickey Mouse de Banksy : souriante. Le pays semble toujours magnifique, tout y est parfait, les gens y sont accueillants, gentils… De même pour Ronald Mc Donald, censé symboliser le mode de vie américain, caractérisé par le plaisir immédiat. Mais Banksy rappelle qu’il ne faut pas oublier que les fast-food sont loin d’être parfaits (obésité, mal-nutrition etc.)… tout comme le système américain. Cette peinture montre que le pays a des travers qu’il ne peut cacher par cette « bonne image » que renvoie sa culture. Ces mauvais-cotés sont les guerres, les morts que cette patrie a causé, partout dans le monde. Cette jeune fille, brûlée au napalm  durant la guerre du Vietnam, personnifie à elle seule le mal américain. Bansky nous avertit à travers cette peinture : quand vous consommez américain, n’oubliez pas ce qu’est l’Amérique. Il nous montre une face sombre, souvent négligée de cette superpuissance, celle d’un pays usant d’une habile propagande (Mc Donald, Disney) pour vanter les mérites de son système (la société capitaliste de consommation) et nous faire oublier ses torts. On peut également interpréter cette oeuvre comme un message, un avertissement de la part des Etats-Unis dont Banksy serait le transmetteur. Ainsi Ronald Mc Donald et Mickey Mouse vous inviterait à sourire, à adhérer au modèle américain, sous peine de finir comme cette jeune vietnamienne, brûlée vive.

L’oeuvre de Banksy exprime un certain pessimisme, clairement affichée sur cette création. Ses réalisations abordent souvent des thèmes graves comme la guerre, la discrimination, la révolte, le crime, la pauvreté… Autant de thèmes exposant les malheurs de l’humanité. Celle-ci résume à elle seule cette crainte concernant l’avenir du monde. On y voit une jeune fille, semblant vivre dans la misère la plus totale et arborant un visage triste. Elle tient dans sa main un ballon, qui se trouve être en fait le « O » de l’inscription « NO FUTURE ». Cette oeuvre, réalisée dans la rue comme presque tout les ouvrages de Banksy, accentue cet effet de misère, déjà fortement visible par l’aspect de la petite fille. L’enfant semble représenter la misère du monde, en Asie, en Afrique ou en Amérique du sud par exemple. Tandis que sa solitude, sa tristesse, sa détresse, son malheur sont exprimés par son visage et surtout par l’inscription auquel son ballon se rattache : « NO FUTURE ». Pouvons-nous néanmoins affirmer que Banksy est pessimiste au point de déclarer qu’il n’y a aucun futur possible pour cette fille ? pour l’humanité en général ? On peut en douter. Car cette fillette tient dans sa main un ballon pouvant représenter l’amusement, l’épanouissement d’un enfant, l’espoir. Banksy espère que ce ballon, celui de cette misérable enfant, ne restera pas accroché à cette phrase, ce « NO FUTURE », mais qu’il s’envolera vers un avenir meilleur pour elle, et pour l’homme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s