Gangster Squad

De Ruben Fleischer,
2013,
avec Josh Brolin, Sean Penn, Ryan Gosling…

gangster-squad_2012-en-2-1280x851

★☆☆☆☆

Le réalisateur de Bienvenue à Zombieland se frotte au film noir tout en s’entourant de Sean Penn, Emma Stone ou encore Ryan Gosling… Un mélange improbable aboutissant à un long-métrage décevant. Pourtant bien parti sur le papier avec un bon scénario et de grands acteurs, Gangster Squad revient vite à son statut de film hollywoodien des années 2000 : scènes d’actions à gogo, personnages surjoués, dialogues plats, aucune créativité… Quel gâchis ! L’histoire, inspirée de faits réels, se déroule dans le Los Angeles d’après guerre, où Micky Cohen (Sean Penn), un mafieux surpuissant dirige la ville. C’est alors qu’arrive John O’Mara (Josh Brolin) qui va constituer une troupe de supers-flics prête à tout pour en découdre avec le méchant mafioso… Mais que serait un gros film d’action hollywoodien sans une histoire d’amour complètement improbable ?! Et c’est la qu’interviennent les deux tourtereaux, j’ai nommé Ryan Gosling et Emma Stone.

Néanmoins, contrairement à ce qu’on peut penser à la lecture des dernières lignes ci-dessus, ce ne sont pas les deux amants qui sont les pires acteurs, en effet Ryan Gosling est le seul à apporter un peu de talent à son personnage. Car il semble que le reste des comédiens se soit perdu dans un jeu soit excessif, soit tout simplement mauvais. Parlons dans un premier temps du héros, incarné par Josh Brolin. Ce dernier joue donc un policier qui débarque dans la cité des anges, juste après la 2nde guerre mondiale – ce qui pourrait expliquer son comportement légèrement brutal. Flic honorable, futur père, mari exemplaire, comme lui déclame sa femme dans une scène au dialogue inoubliable (le discours romantique se concluant magnifiquement par un «et t’es bon au lit », bref de la grande littérature)… L’homme a tout pour plaire, excepté un bon jeu d’acteur. Le personnage, accro à la violence improvisée, parodie du justicier, interprété sans aucune inventivité, est tout simplement mal-joué par Josh Brolin, probablement plus soucieux du cachet encaissé que de l’image qu’il donne au travers de ce  film. Vient ensuite le cas Sean Penn. Lui qui nous a laissé tant de superbes prestations (Harvey Milk, Mystic River, The Tree of life…), pourquoi a-t-il accepté ce rôle ? L’argent ? Un film intéressant sur le papier ? De toute façon, il ne sert à rien d’en parler puisqu’il est trop tard et qu’on ne peut dorénavant que se lamenter vis-à-vis d’un tel mauvais jeu… Surjoué, Micky Cohen tire toujours, de façon presque affligeante, la grimace, et se donne un semblant de mégalomanie paranoïaque complètement raté. Mais il n’y a pas que les deux héros du film qui déçoivent, on peut également parler de Mireille Enos, la brave femme enceinte qui, malgré une rafale de balles sur sa maison parvient à accoucher seule dans sa baignoire, ou du cowboy qui tire toujours droit mais dont le niveau grammatical laisse à désirer… Cependant ne nous en prenons pas simplement aux acteurs mais également à Ruben Fleischer, le réalisateur ! Incapable de filmer certaines scènes correctement, peut-être que le malheureux est atteint d’un tremblement aux mains, réalisant des scènes d’une violence inouïe et ridicules à la fois (l’écartèlement au tout-début du long métrage), créant des décors sans originalité, ajoutant des dialogues inutiles, n’apportant strictement rien à l’histoire… Ruben Fleischer ferait mieux d’arrêter le film noir pour se remettre aux comédies !

Heureusement, il y a quand même quelques «bonnes choses » à tirer de ce film : la prestation de Ryan Gosling, seul acteur osant un minimum et apportant un brin de talent, le sujet abordé, la présence mafieuse dans la cité des anges juste après la guerre, ou encore… la beauté de Emma Stone ? Car non il n’y a pas beaucoup de leçons à enseigner grâce à film… Irréaliste à souhait, sans aucune originalité, créativité, un mauvais jeu d’acteur combiné à une lamentable mise en scène… le film, assez long (~2heures), exclusivement boosté à l’adrénaline des fusillades, aux grimaces de Sean Penn et aux muscles de Josh Brolin, déçoit car les têtes d’affiche et le scénario semblaient intéressants. Gangster Squad est un véritable gâchis étant donné le potentiel du long-métrage.

gangster-squad_2012-

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s