Le Monde fantastique d’Oz

de Sam Raimi,
2013,
avec James Franco, Mila Kunis, Michelle Williams…

le-Monde-Fantastique-d-Oz

★★★☆☆

 Le Monde fantastique d’Oz, actuellement en tête des box-offices français et américains, est assez représentatif des Disney contemporains, des films incarnant à la fois modernité et tradition. Véritablement lancés en 2007, et la sortie de Il était une fois, les nouveaux longs-métrages des studios Disney alternent animation et prise de vues réelle. Ainsi, depuis six ans sont notamment sortis Le drôle de Noël de Scrooge, Tron, John Carter mais surtout Alice au pays des merveilles. Le Monde fantastique d’Oz  s’inscrit aussi dans cette lignée et parvient à se hisser au niveau du Alice au pays des merveilles de Tim Burton, réalisé en 2010, qui avait, de même, connu un grand succès, public et critique. Sam Raimi réalise ici le préquelle du célèbre conte pour enfant de L. Frank Baum et explique comment Oscar Diggs est devenu le Magicien d’Oz.

 Le dernier Disney reprend donc les recettes du Alice au pays des merveilles de Tim Burton, probablement le meilleur long-métrage d’animation avec prise de vue réelle des studios. Interprété par la nouvelle vague hollywoodienne, James Franco et Mila Kunis, réalisé par un cinéaste reconnu, Sam Raimi (la trilogie Spiderman), accompagné par la musique de Danny Elfman (compositeur reconnu)… Bref, Le Monde fantastique d’Oz a tout pour plaire. Aucune fausse note dans ce long (deux heures, un peu trop ?) métrage si ce n’est le manque d’un zeste de folie, d’audace que l’on pourrait reprocher à Sam Raimi. Peut-être trop ordinaire – il n’y a aucune scène mémorable, si l’on excepte la scène finale où James Franco est projeté à travers la fumée d’une explosion – le film décevra certains par sa simplicité. Sans être aussi abouti que Toy Story 3, Là-haut ou encore Wall-E, Le Monde fantastique d’Oz reste néanmoins un bon Disney, auquel on accroche immédiatement. Le début, qui se déroule au Kansas et conte la triste vie d’Oscar Diggs (le Magicien d’Oz dans le vrai monde), est entièrement filmé en noir et blanc, contrastant ainsi avec l’univers coloré dans lequel nous emporte Sam Raimi par la suite. Doté d’un budget colossal, les studios n’ont pas lésiné sur les moyens et cela se voit. Les décors sont magnifiques, comme le montre, par exemple, le cimetière ou la ville de porcelaine, entièrement détruite – cadres qui ne sont pas sans rappeler, une nouvelle fois, le Alice de Tim Burton. Cette ambiance sombre, que l’on aperçoit malheureusement que peu de temps, est particulièrement réussie. On peut ressentir une légère déception tout de même vis-à-vis de la Cité d’Emeraude, pas énormément travaillée. Les créatures (les fées de rivières, le singe…), les costumes (les soldats, les villageois…) sont eux aussi remarquables.

 Sans être un Disney mythique, Le Monde fantastique d’Oz, en reprenant les ingrédients de Alice, demeure un film agréable, pour petits et grands. L’anti-héroïsme d’Oz, bien joué par James Franco, caractérisé par l’avidité, la lâcheté, le mensonge et un gout, excessif, pour les femmes, diffère (positivement) des héros classiques. Le reste du film reste quand à lui simple ; soigné, réussi, mais pas assez novateur. Dommage, un brin d’audace, d’innovation aurait suffi pour que Le Monde fantastique d’Oz s’inscrive dans la lignée des grands Disney.

Le-Monde-Fantastique-d-Oz_PosterDef_BBBuzz

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s