Quartet

La retraite de la Queen Elizabeth

 « Il n’est jamais trop tard pour devenir ce que nous aurions pu être », écrivait la romancière britannique George Eliot. Cette phrase semble avoir inspiré Dustin Hoffman qui aura finalement attendu ses soixante-quinze printemps pour se lancer dans la réalisation. Acteur reconnu de tous (deux Oscars du meilleur acteur, en 79’ et 89’), l’américain passe derrière la caméra et traverse l’Atlantique pour nous livrer une comédie so british.

Quartet-UK-Poster

 Quartet, je dois bien l’avouer, ne m’attirait pas du tout. L’affiche, qui ressemble aux chroniques familiales hollywoodiennes, et les thèmes abordés, les vieux, l’opéra et la maison de retraite, avaient motivés ce dégout, que je qualifierais désormais de précipité. Car Dustin Hoffman ne tombe pas dans le piège, classique et grossier, qui consiste à filmer la détresse du troisième âge – au contraire ! Quartet aborde le problème de la vieillesse à travers une joyeuse comédie, typiquement anglaise.

 L’histoire est simple : la tranquille maison de retraite de Beecham House va accueillir une nouvelle résidente, et pas des moindres, la célèbre Jean Horton (Maggie Smith), une ancienne diva ! A l’occasion du gala annuel de la maison, Reggie (Tom Courtenay), Wilf (Billy Connolly) et Cissy (Pauline Collins), qui habitent ici depuis un certain temps, essaient de reformer leur quatuor, glorieux fut-un-temps, avec Jean, pour réinterpréter Rigoletto, de Verdi. Mais le passé ressurgit, accompagné par les ressentiments, la rancune et les remords.

 Quartet est avant tout, malgré la nationalité du cinéaste, une comédie british. L’humour, niais voir potache, fonctionne à merveille – on se demande sérieusement si une maison de retraite peut ressembler à cela. Car ce que Dustin Hoffman filme ne ressemble à aucun autre foyer du troisième âge, mais plutôt à un collège, où les bêtises, de plus en plus puériles, s’enchaînent d’une scène à l’autre. Il y a même un passage où des lycéens, rendant visite à Reegie dans le cadre d’un cours sur l’opéra, écoutent attentivement le professeur, sans le moindre bruit – Dustin Hoffman inversant ainsi les rôles entre adolescents et vieillards. Le comique de Quartet repose avant tout sur le personnage de Billy Connolly, Wilf (patronyme Bond, je vous laisse deviner le ridicule du bonhomme…) à mourir de rire, enfin si vous adhérez à l’humour de Sa Majesté.

 En plus d’être une comédie british à l’humour juste et maîtrisé, Quartet dépeint aussi la vieillesse. Sous ses aspects ludiques et un peu bête, le film de Dustin Hoffman décrit la retraite comme une période de création artistique : tout les résidents peignent, jouent d’un instrument, dansent ou chantent, et ce à toute heure. Une manière pour le cinéaste de dire pourquoi il s’est lancé si tard dans la création cinématographique ? La réalité quotidienne revient fréquemment, afin de rappeler au spectateur la dureté des fins de vies. Ainsi, l’arrivée de Jean est due au décès d’un autre résident, façon assez morbide, quand on y réfléchit, d’introduire le personnage principal. Alzheimer, ou l’amnésie passagère, appelez-ça comme vous voulez, frappe de nombreux personnages, plus ou moins important. Mais, enfin, le plus grand mal que décrit Dustin Hoffman dans  Quartet est sans aucun doute la rancune. Pourquoi-se prendre la tête quand la mort, ou la maladie, peut vous emmener à n’importe quel moment ? Surpassez vos colères passées, oubliez vos remords et profiter de la vie ! semble être la morale de Quartet. Une morale un peu facile, certes, mais sincère et authentique.

 Vous l’aurez compris, Quartet n’est pas un film prise de tête, mais juste une comédie, irrésistiblement british, et agréable à regarder, par la joie de vivre qu’elle véhicule. Dustin Hoffman réussit l’exploit, qui puisait pour un premier long-métrage, de faire rimer simplicité avec qualité.

movies-quartet-poster-maggie-smith-dustin-hoffman

Quartet
de Dustin Hoffman,
2013,
avec Maggie Smith, Tom Courtenay, Billy Connolly…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s